Denise, c’est son nom, est le premier type de véhicule sous-marin construit dans un but d’exploration scientifique

Mise au point par Jacques Yves Cousteau et l’ingénieur Jean Mollard au Centre Français de Recherche Sous-marine (CFRS), cet engin est surnommé ” soucoupe plongeante ” en raison de sa ressemblance avec les soucoupes volantes de la science-fiction.

saucerLe mini sous-marin arpente depuis 1959 les profondeurs de la mer à la découverte de l’inconnu océanographique. À bord de la Calypso, une grue met la soucoupe SP350 à l’eau ou la hisse sur le pont arrière du bateau. D’un diamètre de 2,85 m et un poids de 3,5 tonnes, elle peut emporter un équipage de deux hommes dans sa cabine d’acier. La soucoupe peut aller jusqu’à 350 mètres de fond, et rester pendant 4 ou 5 heures.

La soucoupe se déplace, tel un calamar, grâce à un système de propulsion ingénieux mais très simple : l’eau est aspirée à l’extérieur et ressort sous pression par deux tuyères. Avec ce type de déplacement par réaction, la soucoupe peut avancer à une vitesse sous l’eau de 2 nœuds (env. 3,7km/h). Les deux hommes à bord sont allongés sur des matelas et observent les environs à travers des hublots inclinés qui peuvent les amener à quelques centimètres de l’objet à examiner.

Plus le sous-marin descend, plus l’eau s’assombrit, mais trois projecteurs sont orientés pour pouvoir illuminer ce monde sans lumière sous différents angles. Ils peuvent même éclairer des petits objets jusqu’à une distance de 10 mètres et ainsi prendre connaissance de créatures encore jamais observées par l’homme.

L’équipement de bord comprend aussi deux caméras, une radio et un enregistreur sur fil magnétique. La soucoupe est également pourvue d’un grappin de fer (ou pince à prélèvement) contrôlé depuis l’intérieur de la cabine. Avec son allure de vaisseau spatial, la soucoupe plongeante est parfaitement adaptée à l’environnement dans lequel elle doit travailler.

Après les expérimentations, Denise est devenue une pièce permanente de la Calypso et peut rester pendant 4 à 5 heures par 350 mètres de fond. Elle a aujourd’hui plus de 1500 plongées à son actif. Denise est donc l’aînée des sous-marins scientifiques et a ouvert une nouvelle ère de recherche subaquatique.

Denise

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer