Menu
Vous êtes ici : Accueil >
> C'était Octave Léandri, technicien indispensable de l'Equipe Cousteau
Octave Léandri et Raymond Coll, 1964 © Cousteau

Octave Léandri et Raymond Coll, 1964 © Cousteau

C'était Octave Léandri, technicien indispensable de l'Equipe Cousteau

Par Franck Machu.

Octave Léandri, que tout le monde nomme affectueusement Titi, rejoint l’équipe de la Calypso le 31 août 1951, alors qu’elle se prépare à sa première mission en mer Rouge. Il vient seconder le chef mécanicien René Montupet. C’est en mer Rouge au cours de cette première expédition qu’il débute la plongée sous-marine, au milieu des récifs majestueux. C’est aussi l’époque des vaches maigres, de l’aventure, où l’esprit de débrouillardise est fondamental. Titi se rend rapidement indispensable. Son rôle ne se limite pas à la bonne marche de la mécanique du bateau en mission, mais aussi aux innombrables périodes de travaux en chantier navals, où la Calypso prend peu à peu sa silhouette de navire océanographique.

Mission de recherche dans le Golfe persique

Au début de l’année 1954, Octave est de la mission géologique dans le Golfe Persique, à la recherche du pétrole d’Abu Dhabi. Il partage cette mission avec son jeune frère Maurice, embauché en tant que bosco. Maurice a un physique d’acteur de péplums et apparaît souvent à l’image. Octave est un homme discret qui ne se met que rarement dans le champ de l’objectif. Il faut un œil aiguisé pour l’apercevoir à la dérobé sur les photos ou les films.

La campagne dans le Golfe donne lieu à 400 stations de prélèvement d’échantillons, un travail de forçat des mers auquel aucun homme du bord n’échappe, dans une chaleur suffocante et des eaux peuplées de requins. Aucun équipement n’oubliera de tomber en panne et de leur donner du fil à retordre. La mission dure des mois sans presque aucune escale et met les organismes et le moral à rude épreuve. Au retour en France, une longue permission leur est accordée. Les frères Léandri ont définitivement gagné leurs galons de calypsoniens.

Equipe mer Rouge, Octave Léandri et Jacquees-Yves Cousteau ©Cousteau

Equipe mer Rouge, Octave Léandri et Jacquees-Yves Cousteau ©Cousteau

Le retour dans l'Equipe Cousteau

Pourtant Titi Léandri donne sa démission à quelques jours du départ de la mission de tournage du Monde du Silence en 1955. Il s’est laissé séduire par un poste de mécanicien sur un yacht à Cannes.

En 1962, il devient chef mécanicien à bord du Winaretta Singer, le navire du Musée de Monaco que dirige Cousteau. De 1963 à 1966, il est chef mécanicien à bord des Navit, les navires supports des Bathyscaphes.

De 1966 à 1972, il est à nouveau dans l’équipe Cousteau, où son sens technique et son esprit astucieux font merveille au sein de l’OFRS (Office Français de Recherches Sous-marines). Titi apporte beaucoup à l’installation du caisson hyperbare qui équipe la Base Sous-marine de l’OFRS, où seront menées les expériences de plongées aux mélanges respiratoires.

Octave Léandri

Octave Léandri

La fin de l'aventure Cousteau

Il sera comme la plupart des techniciens de l’équipe licencié en 1972 suite à la fermeture de l’OFRS et intègrera, avec d’autres anciens de l’équipe, la COMEX de Henri Delauze, où il travaillera 10 ans jusqu’à sa retraite.

Titi Léandri était un homme apprécié de tous pour sa compétence, sa modestie et sa convivialité. Il était de ceux qui font que tout se passe bien dans le huit clos de la vie d’un bateau, de ceux qui faisait l’équipe Cousteau.

L’Equipe Cousteau se joint à la peine de sa famille et ses amis et leur souhaite toutes nos condoléances.

Retour aux autre fiches

Aidez nous à protéger les océans !